Les émotions

Souvent perçues comme quelque chose qu’il faut contrôler voir réprimer dans certains cas.  Nos émotions ne sont pas là pour nous embarrasser mais pour au contraire nous informer sur ce qui se passe en nous fasse à des événements de vie. Je vais surtout vous parler des émotions perçues comme négatives car se sont plutôt celles-ci que nous avons du mal à accepter chez nous ou chez les autres au quotidien.

Alors que viennent nous dire toutes ces émotions qui nous traversent?

Tout d’abord, la peur.  Cette émotion vient nous prévenir d’un danger, elle est là pour activer le système fuite/ attaque de notre cerveau afin d’assurer notre survie. Cela nous permet de nous préparer au mieux à l’affronter.   La peur ne nous veut donc que du bien. Cependant elle est mal vécu car elle nous renvoie à notre vulnérabilité.

La colère vient nous prévenir qu’une limite importante pour nous a été franchie. Il peut s’agir de la transgression d’une valeur importante pour nous ou bien qu’on empiète sur notre espace. Quand l’objet de la colère est compris, cela nous permet de prendre conscience de nos limites et donc de nous respecter plus. Elle nous apprend aussi ce qui est fondamental pour nous.

La tristesse vient nous dire que quelqu’un ou quelque chose nous manque, qu’une relation a pris fin. Elle est une demande de réconfort et viens signifier à notre entourage qu’on a besoin de se sentir soutenu. C’est aussi elle qui va provoquer des larmes, qui permettent d’évacuer la douleur et permettre au corps et à la psychés de se réparer de la blessure subie.

En résumé, les émotions désagréables viennent nous dire quels sont nos besoins. Elles méritent donc notre écoute.  Nous méritons de nous écouter.

Mon parcours

Je suis psychologue depuis 2012.  J’ai travaillée pendant trois ans auprès de l’association  » Parole d’enfant »à Marseille ( 13). J’ai participé au sein de cette association à l’ accompagnement  d’enfants et d’adolescents ayant vécu dans un climat de violence ainsi qu’à des actions de sensibilisation contre la maltraitances des enfants. Parallèlement, j’ai exercé également en libéral auprès de différents publics.

Afin d’approfondir mes connaissances sur la violence et les traumatismes dans le cadre familial, en 2018,  j’ai suivi une formation sur la violence conjugale et la prise en charge des personnes victimes et auteurs.

Enfin ayant eu l’occasion d’être sensibilisée à l’usage des fleurs de Bach,  je me suis également formée afin de pouvoir les conseiller en complément des rencontres psycho-thérapeutiques.